Témoignages

TÉMOIGNAGES | PRÉVENIR

M et Mme Hert, parents d’Anaïs, suivis par l’Accueil de Jour de Pontoise.
Nous avons été mis en relation avec l’Accueil de Jour de Pontoise suite à des soucis que rencontrait notre fille Anaïs. L’aide des professionnels de la Fondation nous a permis de remettre les rôles de toute la famille d’en l’ordre.
Dans le cadre du soutien à l’Accueil de jour, nous avons pu participer à des rencontres avec d’autres familles. Ces moments de partage et de relations ont permis à notre fille de comprendre et d’apprécier des choses simples de la vie.
Un séjour en famille, avec d’autres familles et les éducatrices, au Domaine de Villarceaux, nous a tous réunis autour d’activités communes, d’élaboration de décorations de Noël. Ensemble, nous avons pu re-tisser des liens autour d’activités artistiques.
Les éducatrices Valérie et Lydia et plus généralement l’équipe au complet nous ont bien soutenus dans ces moments de doutes et de tracas.

TÉMOIGNAGES | ACCUEILLIR

« Je travaille pour la fondation La Vie Au Grand Air depuis 6 ans. J’y ai débuté en tant que stagiaire avant d’être rapidement embauchée en tant qu’éducatrice. La confiance qui m’a été accordée m’a permis de gagner en assurance sur ma pratique professionnelle.

Je me souviens d’une situation ; alors que les parents et la jeune étaient opposés au placement, je craignais qu’aucun travail ne puisse se mettre en place. Toutefois, grâce à un travail d’équipe mené avec eux, nous avons pu voir l’évolution positive de la famille. De multiples rendez-vous et rencontres, parfois houleuses, ont été organisés et nous avons tenu bon.

Toute la famille et la jeune ont fini par comprendre le but de notre travail et, une fois la confiance établie, ils ont su se mobiliser pour répondre au mieux aux besoins de leur fille. Aujourd’hui cette jeune a réintégré son domicile dans de bonnes conditions, et je revois à l’audience le regard de cette famille émue et heureuse à la fois.

C’est dans ces moments-là, que je suis comblée par le travail réalisé. »

Madame LESEL
Maison Arc en Ciel

TÉMOIGNAGES | AIDER A L’AUTONOMIE

Le Service d’Action Educative de Jour de Cormeilles-en-Vexin propose un accompagnement en journée qui s’appuie sur des projets d’insertion. Des ateliers (peinture, menuiserie mais aussi cuisine) et activités sont mis en oeuvre pour remobiliser et redynamiser des adolescents en grande difficulté et leur permettre de redéfinir un projet personnalisé.

Lorsque l’établissement de Méru a fait part de son besoin de réhabiliter un studio pour en faire un appartement de semi-autonomie), nous avons immédiatement répondu à l’appel : un tel chantier constitue un outil indispensable pour préparer ces jeunes à un retour vers un circuit de formation professionnelle ou un accès à un dispositif de droit commun. Cette expérience leur a permis à la fois de tester leurs aptitudes et appétences aux métiers du bâtiment tout en réalisant une action positive participant à restaurer leur estime de soi. L’un des jeunes ayant participé au chantier a d’ailleurs révélé un vrai talent pour la peinture. A l’issue de son passage au SAEJ, il a entamé une formation diplômante de peintre en bâtiment. »

Eric M., éducateur spécialisé au Service d’Accueil Educatif de Jour de la Fondation La Vie au Grand Air à Cormeilles-en-Vexin

TÉMOIGNAGES | ÉPAULER LES PARENTS

A 7 ans, Ryan a été placé en raison de comportements inadaptés de son parent entrainant délaissement et violences. Accueilli en maison d’enfants, il a petit à petit retrouvé une certaine sérénité et un esprit plus disponible pour se consacrer à ses apprentissages, se faire des copains. Bref, vivre une vie d’enfant.

Pendant toute la durée de son placement, des éducateurs de la Fondation sont intervenus sur les difficultés rencontrées par le parent car celles-ci avaient des répercussions sur l’enfant. Au cours d’entretiens, ils ont discuté avec le parent pour évaluer son niveau de perception des raisons du placement. Des échanges réguliers ont finalement permis au parent de trouver les solutions pour dépasser les difficultés constatées. Ryan pourrait, sans danger, prochainement retourner vivre chez lui.

Annie M., directrice adjointe de l’activité et du développement de la Fondation