La Fondation, acteur majeur de la protection de l’enfance

fondation protection de l'enfance en France

Qu’est-ce que la protection de l’enfance ?

«La protection de l’enfance vise à garantir la prise en compte des besoins fondamentaux de l’enfant, à soutenir son développement physique, affectif, intellectuel et social et à préserver sa santé, sa sécurité, sa moralité et son éducation» (Article L112-3 du Code de l’action sociale et des familles).

Le ministère des Solidarités et de la Santé définit 3 parties au sein de la protection de l’enfance :

  • la prévention par des actions auprès des enfants et des familles ;
  • le repérage et le traitement des risques de danger pour l’enfant ;
  • la protection par les décisions administratives et judiciaires.

Qu’est-ce que l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) ?

Comme d’autres missions sociales, l’Aide sociale à l’enfance (ASE) relève de la compétence du président du Conseil départemental, depuis les lois de décentralisation. Ce dernier organise le service d’ASE, attribue les prestations, autorise et habilite les établissements et les services.

Les missions des services départementaux d’Aide Sociale à l’Enfance sont multiples:

  • action de prévention et de soutien en direction des enfants et des familles en difficulté psycho-sociales ;
  • action de protection des enfants surveillés ou secourus, recueillis temporairement ou en garde ;
  • action de tutelle des enfants dont les parents ne peuvent plus exercer aucun attribut de l’autorité parentale (décès, déchéance, absence).

Chaque service de l’ASE dispose d’établissements propres (foyer départemental de l’enfance, internats…) mais habilite également les établissements gérés par des structures associatives comme notre Fondation.

La Fondation actrice de l’Aide Sociale à l’Enfance

Chaque établissement de la Fondation est habilité par un Conseil départemental. A ce titre, il reçoit un financement négocié chaque année, sous forme de prix de journée (coût global d’accompagnement d’un enfant pour une journée) ou de dotation globale (enveloppe de fonctionnement annuelle et limitative), variables selon le Département concerné.

Quelques services de la Fondation font l’objet d’un cofinancement de l’ASE et d’un autre organisme (par exemple, l’Agence Régionale de Santé pour les Accueils Éducatifs et Thérapeutiques de la Vallée de Seine, la Caisse d’Allocations Familiales et le ministère de la Justice pour les Espaces Rencontre Parents Enfants).

Le budget doit couvrir les charges de fonctionnement et de structure de l’établissement ou service, ainsi que les coûts directs de prise en charge de l’enfant. La Fondation fonctionne donc majoritairement grâce à des fonds publics, qui lui permettent d’assurer sa mission fondamentale d’accompagnement des jeunes et des familles.

protection de l'enfance projet fondation

Le projet stratégique de la Fondation, pour aller plus loin

Toutefois, en tant qu’acteur de terrain, la Fondation constate l’évolution des besoins et l’accroissement des situations de précarité et de souffrance familiale, dont l’enfant est souvent la première victime.

La loi de mars 2016 sur la protection de l’enfant et les derniers rapports institutionnels confirment d’ailleurs en grande partie ses analyses. La récente nomination d’un Secrétaire d’Etat à la protection de l’enfance laisse espérer une politique ambitieuse et une prise en compte globale des problématiques associées.

L’Etat veut miser sur sa jeunesse pour faire évoluer notre société. Ainsi, le budget de l’Education nationale demeure le premier budget de la nation, avec plus de 52 milliards d’euros pour l’enseignement et 614 millions d’euros pour la jeunesse et la vie associative.

La Fondation partage cette conviction que soutenir tous les enfants, en particulier les plus fragiles, est le véritable investissement pour l’avenir. Le projet stratégique acté par son Conseil d’administration affirme cette volonté de dépasser la prise en charge classique pour conduire une véritable action sociétale.

Un projet à la fois ambitieux et réaliste

Nous voulons mettre à profit le temps de l’accompagnement pour donner aux jeunes des points d’ancrage sur lesquels ils pourront ensuite s’appuyer pour se construire en tant qu’individu et devenir suffisamment autonomes pour s’insérer dans la société. Notre projet prévoit donc des actions complémentaires à la prise en charge éducative classique, mais aussi en amont et en aval du cadre strict défini avec les financeurs publics.

Parmi les actions que nous souhaitons développer :

  • Faire bénéficier les enfants d’expériences et de rencontres

Les enfants doivent pouvoir vivre des expériences multiples, sportives, culturelles, solidaires, qui leur permettent de rencontrer d’autres personnes que celles qu’ils côtoient au quotidien, d’échanger avec elles.

  • Guider les jeunes dans l’élaboration d’un projet scolaire ou professionnel

Souvent en échec scolaire, voire déscolarisés, ces enfants ont besoin de reprendre confiance dans leurs propres capacités, d’explorer des pistes de métiers, à travers des activités ludiques et la rencontre avec des professionnels.

Quelques exemples : dépasser ses peurs en montant une troupe de théâtre amateur à Paris, découvrir les métiers liés au domaine de l’aviation lors de la visite d’un musée ou au domaine de la montagne à l’occasion d’une journée de ski, participer à des ateliers de conteurs pour mobiliser ses capacités d’expression et de communication, favoriser la confiance, la mise en mots de son parcours et réussir à produire des récits d’histoires singulières.

  • Elargir l’horizon des enfants

Grâce au soutien de partenaires ou donateurs, nous avons déjà pu permettre à des jeunes d’ouvrir les yeux sur le monde.
Ainsi, les enfants de Maurienne ont découvert les beautés du territoire savoyard où ils vivent en assistant à la course de chiens de traîneau La Grande Odyssée.

Un groupe de jeunes filles est parti à Londres, accompagné par des collaborateurs londoniens de notre partenaire Schools Around The World. Elles ont visité des lieux culturels prestigieux avec des guides passionnés. Un autre groupe de jeunes, lors d’un séjour à Rome financé par le laboratoire AMGEN, a découvert le patrimoine architectural et culturel de la ville.

  • Accompagnement des jeunes dans l’âge adulte

Les dispositifs de protection de l’enfance s’arrêtent parfois trop vite, dès les 18 ans du jeune. Or, certains, même majeurs, ont encore besoin d’être accompagnés vers un projet professionnel et un projet de vie.  Dans un contexte budgétaire tendu, le financement public doit trouver des relais dans la société privée pour aider ces jeunes adultes à prendre leur place dans notre société et accéder à l’autonomie.

protection de l'enfance association et fondation aide à l'enfance

La Fondation poursuit cette ouverture à travers de nombreux autres projets :

  • Créer des espaces d’accompagnement à la parentalité destinés aussi bien aux mères qu’aux pères ;
  • Offrir un accès à l’autonomie numérique, indispensable aux actions d’insertion, pour les jeunes comme pour les familles ;
  • Mettre en œuvre un « parcours culture » dans l’objectif de susciter chez l’enfant une appétence pour le domaine de l’art et de la culture, dont son milieu est le plus souvent éloigné.
  • Poursuivre les séjours éducatifs et culturels à l’étranger, notamment en Grèce grâce au réseau développé par l’association Rizes.

Pour concrétiser ces projets, nous avons besoin du soutien de tous ceux qui partagent notre envie de construire la société de demain :

Nous utilisons des cookies pour vous garantir une meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous aceptez l'utilisation des cookies. Plus d'informations

Les paramètres de cookies sur ce site sont configurés pour "autoriser les cookies" afin de vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site Web sans modifier vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer